Le monde de bébéComment reconnaître un bébé stressé ?

Comment reconnaître un bébé stressé ?

5/5 - (1 vote)
- Advertisement -

Oui, un bébé stressé, cela existe ! L’anxiété n’est pas réservée aux adultes. Bien plus : le stress d’un nourrisson peut venir de ses propres parents ou de son environnement. Comment détecter le stress chez bébé et surtout, comment l’éviter ? Voici quelques pistes de réflexion.

Les manifestations possibles du stress de bébé

Dès les tout premiers mois, un nouveau-né peut montrer des signes de stress. Comme il ne peut pas encore exprimer ses émotions par des mots, il va extérioriser son malaise par des attitudes parfois difficiles à interpréter.

Les pleurs : bébé se met à sangloter sans discontinuer et semble inconsolable. Les bras ou la tétine le réconfortent un peu, mais pas assez. Il crie, hurle plus qu’il ne pleure. Peut-être a-t-il mal quelque part, mais cela peut être le reflet d’une émotion qu’il ne parvient pas à canaliser.

Le changement d’humeur : chez un enfant d’ordinaire très dynamique, son calme soudain peut venir d’un mal-être sous-jacent. On remarque également des enfants qui ne s’expriment plus du tout, ni par les pleurs, ni par les gazouillis, ni par le babil habituel.

Les troubles de l’appétit : l’inquiétude du nourrisson peut se caractériser par le refus de la nourriture, ou des douleurs abdominales, ou des désordres gastriques.

Les troubles du sommeil : c’est un des signes bien connus de l’anxiété qui se manifeste par un problème d’endormissement ou des réveils nocturnes répétés.

Comment faire pour aider bébé à surmonter son stress ?

Comment reconnaître un bébé stressé ?Si l’enfant paraît soucieux et triste dès qu’il est séparé de ses parents, un objet comme un doudou ou sa peluche fétiche permet d’éviter de rompre le lien trop difficilement. Il lui apporte un sentiment de sécurité.

Dans tous les cas, pour qu’un tout-petit reste calme, vous devez l’être vous-même. Évitez-lui les situations oppressantes comme une dispute en famille, par exemple. La colère, le chagrin, les cris sont clairement perçus par bébé et il sera aussi stressé que vous dans ces conditions.

La meilleure façon d’aider votre nourrisson à s’apaiser, c’est d’observer ses réactions. Ainsi, vous adapterez votre comportement avec douceur et en lui parlant tranquillement. Même s’il ne parle pas encore, vos paroles ont un sens selon le ton que vous employez.

S’il pleure, restez à ses côtés en échangeant avec lui par une comptine ou des mots rassurants. Le moment du bain est également une bonne méthode pour retrouver la sérénité dans un réel moment de zénitude. Et puis, rien de tel que des petits jeux amusants, de quoi le faire sourire ou rire, comme des grimaces ! Un court instant de qualité et positif vaut mieux que de longues minutes inutiles.

Pour suivre les améliorations, aidez-vous d’un calendrier hebdomadaire avec les situations à surveiller : sommeil, appétit, pleurs, dérèglement digestif, etc. Prenez des notes et suivez l’évolution. Cela peut vous rassurer et ainsi améliorer probablement l’état de stress de bébé. Ce sont les parents qui sont les plus à même de gérer ces moments compliqués qui peuvent déstabiliser toute la famille.

D’où vient le stress de bébé ?

L’angoisse de la séparation (de 8 à 18 mois) est ce qui provoque souvent le stress chez un enfant. En outre, toute nouveauté ou tout changement dans la routine influe sur le comportement des bébés.

Du lever au coucher, la journée est découpée par des occupations et des rituels très organisés. Dès que l’un d’entre eux diffère, le stress peut s’installer. Un tout-petit peut être déstabilisé par un déménagement, par le changement de nounou (peur de l’étranger), une séparation, ou l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur.

Enfin, si une maman est déprimée, elle risque d’être trop envahissante (moments affectifs trop fusionnels) ou au contraire, trop absente (ne donne plus de câlins). Ces réactions exagérément positives ou négatives influeront sur le stress de bébé. C’est souvent frustrant de ne pas pouvoir nouer le dialogue avec un bébé. Les interactions parents/enfants restent des paramètres difficiles à évaluer dans les comportements de bébé, mais elles existent bel et bien.

Et si les symptômes persistent ou s’aggravent, bien entendu, faites-vous aider par votre médecin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Catégories

Vous aimerez aussi

Dans la même catégorie

Derniers articles

Plus d'articles pour les parents

Quelle est la différence entre l’incontinence urinaire et la vessie hyperactive ?

On a souvent tendance à confondre hyperactivité de la vessie et incontinence. Pourtant, ce sont deux pathologies, certes proches, mais différentes. Pour mieux comprendre...

Césarienne programmée, comment ça va se passer ?

Vous allez accoucher par césarienne, la date se rapproche, et vous vous sentez préoccupée. Les questions concernant cet acte chirurgical particulier surgissent. Sachez que...

L’incontinence urinaire n’est-elle pas une conséquence normale du vieillissement ?

Le vieillissement est souvent associé au déclin de certaines de nos fonctions cognitives et biologiques. Si bien que lorsque l'on parle de fuites urinaires,...

Est-ce-que la césarienne préserve le périnée ?

La césarienne est une opération chirurgicale mise en place lors d'un accouchement. Elle consiste à effectuer une incision dans la paroi abdominale en vue...

Est-ce que bébé sent quand je touche mon ventre ?

La grossesse est un moment merveilleux. Pendant 9 mois, votre enfant grandit à l'intérieur de votre ventre et un lien particulier se noue entre...

Pourquoi le bébé ressemble-t-il à son père ?

Des chercheurs américains ont réalisé une étude sur la ressemblance des bébés avec leurs deux parents. Celle-ci a été publiée dans le journal Nature...

Pour compléter votre lecture

Idées de prénoms pour filles & garçons

Nos prénoms préférés pour filles

Nos prénoms préférés pour garçons